Miamondo

Bolero theme manuscrit

La boucle infinie expliquée en musique

  • Par miamondo
  • Le 04/05/2020 à 14:53
  • 0 commentaire

Bonjour,

Aujourd'hui, je ne vous propose pas d'article sur une application turkmène dénichée dans les profondeurs d'Internet ou sur un de mes douteux programmes Python censé calculer le taux d'azote enfoui dans un tas de compost. Non... Aujourd'hui, place à la musique! 


Hier, sur le journal du hacker, j'ai découvert un article dont la lecture et le rythme ont tout de suite fait naître en moi l'envie d'écouter le Boléro de Ravel. Ça m'arrive assez souvent d'associer des "objets" cérébraux qui n'ont à priori rien en commun. Par exemple, dans ma tête, un numéro de smartphone tel que le 07 11 22 33 44 n'est pas une série de chiffres mais une suite de départements : Ardèche, Aude, Côtes d'Armor, Gironde et Loire-Atlantique. Je crois que cette faculté s'appelle la synesthésie. Par contre, je n'avais encore jamais associé un article consacré à l'informatique avec une oeuvre musicale, mais dans le cas du Boléro de Ravel, à bien y réfléchir, ce mariage n'est pas si étrange. 

Bolero theme module

En fait, cette oeuvre lancinante est construite sur le modèle d'une boucle infinie qui s'achève par un écroulement final. Les solistes se succèdent les uns après les autres, tels les variables d'une liste en état d'itération, et chacun d'entre eux va s'évertuer à s'extraire de cette prison digitale sans jamais y parvenir.

C'est le chef d'orchestre qui a lancé le programme, et c'est le percussioniste, garant du tempo,  qui se charge d'incrémenter la variable "i" à chaque tour de boucle... sauf que Maurice Ravel ne lui a jamais donné les moyens d'arrêter cette dernière. Alors, il frappe sa caisse consciencieusement. Ça commence tout doucement. C'est presque inaudible, et petit à petit, à mesure que la boucle gonfle, ça monte en pression. 

Pendant ce temps, les solistes se succèdent. C'est la variable flûte traversière qui ouvre le bal, suivie de la variable clarinette puis du basson. Voici la liste complète jusqu'au grand accord dissonant, prélude à l'écroulement final.

Bolero

À mesure que les tours de boucle se succèdent, la pression monte car l'orchestre n'en voit pas la fin. Tout comme avec un ordinateur, la boucle infinie dévore les ressources des musiciens et c'est la panique!... Tandis que l'imperturbable percussionniste, dénué de toute humanité, continue d'incrémenter la variable "i".

Jamais l'orchestre ne parviendra à s'extraire de la boucle. Tout comme un ordinateur dont les ressources sont totalement acaparées, le Boléro de Ravel se termine dans un grand accord dissonant, prélude à l'écroulement final.

Il n'existe pas de meilleur exemple que cette oeuvre msicale pour expliquer ce qu'est une boucle infinie et la catastrophe finale qu'elle engendre. Notre monde aussi est prisonnier d'une boucle, celle de l'illusion d'une croissance infinie... Les passagers du Titanic ont coulé au son d'un orchestre interprétant Plus près de toi, mon Dieu. Si nous ne faisons pas un break, notre monde coulera sur le Boléro de Ravel

 

programmation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire